HeaderBOUITS2

Portrait – Bouits

art, Interview, tattoo -

Mélangez un nom de famille, une bande de copains, un bout de jeune femme qui s’exprime souvent par onomatopée et vous obtiendrez Bouits. Un concentré d’énergie et d’enthousiasme.
Bouits fait partie de ces jeunes tatoueurs qui arrivent en quelques mois à construire leur propre univers. Depuis une petite dizaine d’années, dans le monde du tatouage la veine graphique fait sa place et c’est ce côté-là qui lui parle dès le début.

« En art, il y a eu le surréalisme qui est venu casser des codes, en tattoo, il y a eu le graphique. C’est une renaissance d’autre chose, de totalement différent, ça défonce vraiment de pouvoir faire ça. Il faut se dire qu’il y a des gens, c’est ce qu’ils attendaient, parce qu’il y a des gens qui ne se sont pas fait tatouer avant d’avoir du graphique.»

Bouits a construit son univers et nous emmène dans son monde. Son monde ? C’est du gris, du noir, de la couleur, une pointe d’innocence, un côté proche de l’illustration. Un monde presque enfantin, réconfortant, plein de tendresse, d’humour et de poésie.
Cinéma d’animation, street art, illustration, tatouage… ses inspirations sont variées. Dès l’adolescence, le monde du tatouage lui parle. Le simple fait d’avoir, au beau milieu d’un monde instable, un élément sur lequel tu puisses t’accrocher. A vie. Ou à mort, question de point de vue. Et pour notre plus grand plaisir, un jour elle va se lancer. Et repousser ses peurs. Exactement comme quand tu te retrouves bloqué au milieu d’un parcours d’accrobranche à 18m de haut. T’as pas trop le choix, tu avances. Ce sont les circonstances de la vie qui t’aident à sauter dans le vide. Alors après avoir contacté quelques artistes-tatoueurs français, elle débute son apprentissage sous les ailes de Xoïl (Needle’s Side Tattoo).

« Arriver dans un shop comme ça, ça te donne forcément envie d’apprendre un peu plus tous les jours, d’avoir les outils techniques, d’avoir les capacités pour pouvoir réaliser ce qui te fais rêver, des tattoos frais, des placements qui tuent, et techniquement justes ».
Tenir un dermographe, c’est une révélation. « Le tatouage, c’est offrir aux gens la possibilité de rendre le corps différent esthétiquement, sans y ajouter de volume, c’est rendre son corps à celui à qui il appartient, se laisser le choix de l’orner de tattoo ou de ne pas en avoir. Le tattoo c’est bien plus que ce que j’aurais cru, c’est l’explosion des émotions, des sens, c’est être poussé de tous les côtés, ou être poussé à bout parfois ».
C’est un long parcours qui se profile, pas mal de travail mais surtout beaucoup de passion. Une passion qui permet d’ancrer des émotions.

Pour les intéressés, Bouits sera en guest chez Deuil Merveilleux (Bruxelles) du 03 au 06 novembre et sur la convention de Bruxelles (les 07, 08 et 09 novembre).

Si vous passez devant chez Needles Side TattOo (74200 – Thonon-les-bains) ou si vous avez la chance qu’elle soit en vadrouille à côté de chez vous, allez la rencontrer. Découvrez son univers et ses histoires. Laissez-vous emporter par ses petits dessins, ses petits bonhommes et ses petits animaux, car c’est le début d’un chouette chapitre. Les bonnes histoires, c’est comme les bons bouquins ça se partage et les artistes qui nous surprennent c’est toujours de belles rencontres.

Article : Alexandra Arnaud
Photos : DR